Actualités

L'actualité pour et par les étudiants en chirurgie dentaire

La prévention bucco-dentaire par les étudiants : ça marche !

Le projet de l’UNECD « Gardez le Sourire » est une mission de prévention bucco-dentaire initiée en 2015, à destination des étudiants des campus universitaires de France.

Des étudiants bénévoles en chirurgie dentaire vont à la rencontre de leurs pairs au sein de leur université, afin de leur prodiguer des conseils d’hygiène bucco-dentaire et leur dispenser quelques réflexes simples et rapides à mettre en œuvre. Depuis maintenant 5 ans, ce sont plus de 25 000 étudiants qui ont pu participer à ce projet de prévention. Les objectifs sont nombreux : récolter des données épidémiologiques, rendre chaque jeune acteur de sa bonne santé orale et montrer à tous que les étudiants en odontologie d’aujourd’hui mettent un point d’honneur à promouvoir le versant préventif de leur futur métier. 

L’édition 2020 du projet s’est officiellement clôturée le 15 octobre dernier. Initialement prévue au mois de Mars, autour du 20 comme pour faire un clin d’oeil à la “journée mondiale de la prévention buccodentaire”, le contexte sanitaire a contraint l’UNECD et son réseau d’étudiants à revoir ses plans. Dans la volonté de surfer sur la motivation des néo-étudiants et de l’engouement de la rentrée scolaire, Gardez le Sourire 2020 a donc pu se dérouler entre le 1er septembre et le 15 octobre grâce au travail d’adaptation remarquable des étudiants en chirurgie dentaire. L’innovation a été au centre de cette édition : les restrictions sanitaires imposées par les facultés n’ont pas permis la mise en place traditionnelle du projet. De nombreuses associations étudiantes ont donc pris l’initiative de réaliser une édition dématérialisée, c’est l’exemple des corporations de Brest et Rennes. Une communication renvoyant au questionnaire a été mise en place puis une vidéo commune aux deux villes a vu le jour afin d’apporter les explications accompagnant la correction. Strasbourg a également opté pour une édition virtuelle tandis que Paris a réussi à unir ses forces autour de ce projet en organisant conjointement, CEOPV et COUG, des stands d’informations et de démonstrations – dans le respect des gestes barrières. 

Malgré le contexte particulier qui nous est imposé, c’est près de 1 900 étudiants qui ont pu être sondés partout sur le territoire. Nous pouvons remarquer immédiatement que le format “à distance” a permis de toucher une plus grande diversité d’étudiants. Nous pouvons féliciter tous les bénévoles qui se sont impliqués dans la mise en place de cette édition quelque peu rocambolesque.

Preuve que le projet gagne en légitimité, le Docteur Salomé Fimbel, ancienne étudiante au sein de la faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg a réalisé sa thèse sur l’étude des résultats statistiques de “Gardez le Sourire”.  Comparant les résultats des dernières éditions, du milieu de vie de l’étudiant à ses connaissances en terme de prévention orale, elle a pu mettre en évidence une amélioration des connaissances liées à la santé buccodentaire.

“La prévention bucco-dentaire tend ces dernières années à prendre une place plus importante dans notre profession, et dans les actions publiques menées.

Gardez Le Sourire est un projet national ciblant un public jeune et étudiant. Le début des études marque souvent une rupture avec la cellule familiale et un apprentissage personnel de la vie pour lequel la préservation de la santé n’est évidemment – mais malheureusement – pas la priorité. 

Même si l’ensemble des données accumulées depuis 2015 n’a pu être ici analysé, la présente étude tend tout de même à démontrer que :

  • L’origine sociale et la filière d’étude des sujets tend à influencer la pratique et les connaissances bucco-dentaires ;
  • Les conseils bucco-dentaires prodigués par les bénévoles de Gardez le Sourire sont bien entendus par les sujets. Les connaissances en matière buccodentaire s’améliorent nettement après une participation répétée à l’action, même si leur mise en pratique se fait plus lentement.

Le projet se veut de grande envergure et les résultats ont montré qu’il a un réel intérêt, et que les étudiants ayant participé à plusieurs reprises à ce projet ont des résultats globalement meilleurs que ceux qui y participent pour la première fois.”

L’UNECD remercie le Dr Fimbel pour cette première analyse statistique des résultats du projet. Ses recommandations seront précieuses pour permettre d’adapter son organisation. Son travail fournit à l’UNECD une vraie base de travail qui permettra une amélioration constante du projet et de son impact sur les populations cibles. L’analyse des résultats de l’édition 2020 permettra de compléter la base de donnée mis à disposition par le Dr Fimbel et d’adapter l’édition 2021, qui se prépare dès aujourd’hui.  

Le message porté par les étudiants est clair : “Oui à la prévention et à sa place centrale dans l’amélioration de la santé orale et générale !”

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles :